Considérer avec compassion

Publié le 1 Décembre 2015

17 Oct

Considérer avec compassion

Publié par Véronique  - Catégories :  #Je t'aime Alzheimer

Je travaille auprès de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer et de personnes âgées très dépendantes et en fin de vie.

 J’apprends depuis quelques années maintenant à prendre soin, à considérer la personne dans sa globalité, à m’intéresser aussi bien de son quotidien, qu’à de son histoire de vie et à son entourage social.

 Au fil du temps, j’essaie de renforcer mon empathie.

Je connais le sentiment de légère appréhension à accompagner des personnes singulières avec qui sans cesse refaire connaissance.

Je vis en parallèle cette sorte d’exaltation à partager quelque chose d’unique et de toujours renouvelé.

Considérer avec compassion

Je n’avais jamais employé le mot de compassion qui avait pour moi une connotation de « pitié ». J’y réfléchis différemment désormais.

Quelle est la différence entre l’empathie et la compassion ?

Pour moi, l’empathie est la capacité à saisir  la réalité d’autrui.

La  compassion intègre la notion de compréhension de la souffrance.

J’ai l’impression qu’au-delà d’une validation du ressenti de l’autre, nous nous ouvrons pour être touchés et poser des mots, des attitudes apaisantes.  

Les personnes atteintes de la maladie Alzheimer m’apportent énormément.

Je reçois au moins autant que je donne.

Les malades Alzheimer sont extrêmement sensibles à la souffrance et aux états d’âme de nous autres soignants, ils savent intuitivement faire preuve de cette compassion, ouvrir leurs bras, donner un baiser, refermer leurs bras autour de nos épaules.

Une proximité, un imbriquement des esprits, une communication des sens.

Un retour à une grande humanité naturelle.

Considérer avec compassion

Rédigé par Véronique

Publié dans #Soignants

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article