Les soignantes laborieuses

Publié le 19 Février 2016

Les soignantes laborieuses

A cette heure matinale, la maison silencieuse

Accueille une à une les femmes laborieuses.

Elles se rendent au bureau toutes de blanc vêtues,

Prendre les transmissions des veilleuses fourbues.

 

L'équipe au grand complet échange doucement

Puis s'active sans fin et sans ménagement.

Groupe immaculé travaillant sans répit

Auprès de nos aînés jusqu'au bout de leur vie.

 

Puis ce sont les p'tits déj, les tartines beurrées.

Tous ces vieux qui se lèvent, elles ouvrent les volets

Les bonjours du matin et toutes ces mains serrées,

Les sourires et les maux forment un drôle de ballet.

 

Je suis auprès de ceux qu'ont nomme Alzheimer,

A peine réveillés s'échappent vers ailleurs

Petites bonnes femmes frêles aux robes surannées

De leurs vies de mystère éclosent de doux baisers.

 

Regards si expressifs rayonnants de beauté,

Discours avec les yeux limpides de clarté.

Vivre l'instant présent du dialogue si pur.

Le langage du cœur est celui qui perdure

 

Toilettes, déjeuner, visites, activités,

Telle une ardoise magique, aussitôt effacée.

A moins que cette vie soit autre part gravée.

Nous ressortons grandis et plus aptes à aimer,

 

A accueillir les peines et toutes les différences,

A relativiser les choses sans importance.

Chaque nouvelle journée nous invite à penser,

Les projets de nos vies et ceux de nos aînés.

Rédigé par Véronique

Publié dans #Soignants, #Mes poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zabeth 28/09/2016 22:00

Absolument superbe. Criant de vérité. Tu es bien la seule à savoir faire ressortir la douceur, les attentions auprès de "nos résidents". Bien plus parlant que tous les discours. Continue. Une de tes fans inconditionnelles.

28/09/2016 22:04

Merci, merci, merci ma Zabeth. Tu es l'une de celle qui m'encourage et qui est toujours positive.
Gros bisous

Etudiantide 24/01/2016 06:42

Ce poème est criant de vérité pour qui à déjà travaillé en EHPAD. Un métier pas évident mais ô combien enrichissant...
Alan

Véronique 29/01/2016 16:05

Merci Maxime
Oui Véronique (AMP)
Un ami m'a fait la surprise l'an passé de chanter "mes mots" avec mes collègues sur l'air de "Que serais je sans toi" de Jean Ferrat. Accompagné à la guitare, j'en ai pleuré.
Tu peux essayer si tu connais cette chanson

Maxime. 29/01/2016 10:42

Je voulais lire a mes collegues tellement cest beau. Quel nom dois je dire a la fin. Veronique ?

Véronique 24/01/2016 10:01

Merci Alan de ton gentil commentaire.
Bon dimanche