Petite bonne femme frêle

Publié le 31 Janvier 2016

Petite bonne femme frêle

Elle trottine sans fin, petite bonne femme frêle

Voguant des heures durant or spatio-temporel

Elle entasse dans son sac du pain, une banane

On lui tend une chaise pour boire une tisane

 

Au détour d'un couloir, elle rencontre des gens

Un bonjour, un regard et tant d' indifférents

Une main sur sa joue, vous la verrez sourire

Une voix qui s'élève, suffit à l'assombrir

 

Tendez lui donc la main, elle donnera les siennes

Pour un bout de balade, s'en vont et puis reviennent

Un baiser, un câlin restent professionnels

Comment lui refuser ces marques relationnelles

 

Elle marmonne des mots, en défaut de phonèmes

De ce monde parallèle surgira un je t'aime

Parfois elle s'anime, entame une tirade

Dialoguez sans pitié, sans peur ni dérobade

 

Un jour se couchera pour ne plus se lever

Petite bonne femme frêle, te voilà bien usée

Jusqu'au bout sentira l'attention prodiguée

S'éteindra sereinement entourée et choyée

Rédigé par Véronique

Publié dans #Résidents, #Mes poèmes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article