Les émotions restent après l’oubli

Publié le 6 Juin 2016

Les émotions restent après l’oubli

Ne plus savoir faire, ne plus savoir dire, ne plus savoir reconnaitre, ne plus savoir analyser, ne plus savoir s’orienter, ne plus savoir se déplacer et pourtant…

Ce qui a été appris, vécu, pensé, rêvé, projeté ne peut plus ne plus l’avoir été et le défaut de mémoire n’est pas un fait suffisant pour cesser d’être et d’avoir été.  

Et s’ils oubliaient pour ne plus souffrir, pour que leurs traumatismes de vie n’aient jamais existés, pour que la ronde de leurs pertes cesse de les torturer. C’est peut être ça Alzheimer, avoir souffert à un point tel qu’à un moment, l’on bascule de l’autre côté du miroir. Dans un univers étrange où la glace sans souvenirs renvoie une image troublée appelée démence ou sénilité.

Dans ce monde à l’envers, les gens désapprennent ce qu’ils savent et ne savent bientôt plus qu’avant ils savaient tant. C’est une mémoire enfouie qui ne peut plus s’exprimer avec des mots communs, qui fait fi des process, des codes et des normes.

Les Alzheimer errent dans leur tête, ils ont 6 ans, 50 ans ou 20 ans… Elle part pour l’école, il doit rentrer chez lui, elle réclame sa maman, il est l’heure des vaches… Cette mémoire surgit en vrac, les assaille, les tourmente et puis se met à nue pour livrer des secrets, des vérités qui blessent.

Un jour, ils se recroquevillent, se figent et deviennent muets. Leurs mémoires sont emmurées vivantes dans leur cerveau perclus de douleurs d’exister et de peurs de mourir.

Ce sont les cinq sens qui guident vers ces cachettes où tout reste à dire, où tout reste à vivre.

Les émotions restent après l’oubli

Chaque semaine la socio-esthéticienne anime un atelier de relaxation. Elle crée une ambiance apaisée, des fauteuils confortables, des plaids tout doux pour se lover, une musique zen et des huiles essentielles. Sa voix calme et lente invite chacun à fermer les yeux, à se détendre et se relaxer, à respirer… Il est extraordinaire de constater que les résidents « se souviennent » d’une semaine à l’autre grâce à ce vecteur des sens. A peine plonger dans cet environnement agréable, ils retrouvent automatiquement les attitudes bienfaitrices des séances précédentes.

 Il en est de même pour tous nos actes de prise en soins du quotidien. Les résidents Alzheimer ont cette mémoire sensorielle des moments agréables. Plus le ton de voix, les paroles adressées, le toucher prodigué, les rituels institués sont positifs, plus les résidents sont éveillés et communicants.

A contrario, une ambiance agitée, une pièce glacée, des gestes trop rapides, l’absence de mots de la part du soignant ou des discours négatifs laissent une empreinte de mal être. Les résidents sont alors plus agités avec des troubles du comportement en hausse ou au contraire complétement prostrés avec dans leurs yeux l’image vide de cet autre côté du miroir.

Dans nos EHPAD, les outils multi sensoriels sont de plus en plus utilisés. Les établissements les mieux équipés possèdent des salles snoezelen. Ce sont des espaces avec des lumières, des couleurs, des sons, des parfums, des textures et aussi des projections d’images qui permettent de stimuler les sens, d’apaiser et de communiquer.

De manière plus abordable, les supports multi-outils sont maintenant largement utilisés : Sac, tablier, tapis, boite, coussin garnis d’objets et de textures variées.

La méthode Montessouri adaptée aux malades Alzheimer donne également de bons résultats. On cesse de mesurer les pertes de nos résidents pour au contraire se recentrer sur leurs besoins et porter un regard neuf sur leurs potentiels.

Les supports utilisés sont en lien avec la vie de tous les jours, ils aident à activer  la mémoire procédurale et émotionnelle.

Rien n’est vraiment perdu,  il faut trouver la clé pour ouvrir les petits interstices où sont dissimulés les bribes de vie du passé

et pour que ce jour compte.

Quelques supports multi-outils (source Pinterest)
Quelques supports multi-outils (source Pinterest)
Quelques supports multi-outils (source Pinterest)

Quelques supports multi-outils (source Pinterest)

Livres
Livres

Livres

Rédigé par

Publié dans #Résidents

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Louanne 29/09/2016 08:39

Je me rappelle d'une dame qui avait eu 12 enfants. On a été obligé de lui donner un poupon car elle réclamer le bébé toute la journée...et du coup ça l'a apaisé

29/09/2016 08:55

Tous ces objets transitionnels fonctionnent bien pour les personnes âgées atteintes de maladies d'Alzheimer.
Les regards ont aussi évolué sur ces résidents qui serrent fort une peluche ou ne lâchent pas un poupon.
Mais nous, n'avons nous pas tous un "doudou" qui nous rassure, nous calme?
Rebonne journée Louanne
Véro