Au cœur du cerveau

Publié le 24 Octobre 2016

Au cœur du cerveau

Je démarre une expérience de MOOC (Massive Open Online Courses), autrement dit une formation en ligne. : La maladie d’Alzheimer, tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Ces cours sont proposés dans le cadre du projet Trans-Innov Longévité en partenariat avec l’université Pierre et Marie Curie et l’université numérique francophone.

Vous pouvez encore vous inscrire.

 

Ce premier cours est relatif au fonctionnement du cerveau et à ses lésions en cas de maladie d’Alzheimer.

Voici ce que j’en ai compris retranscrit avec mes mots ordinaires. Les professionnels n’hésiteront pas à reprendre une notion en la ré expliquant.

Au cœur du cerveau

Le circuit neuronal

Le cerveau est constitué d’un immense réseau de cent milliard de cellules communicantes appelées neurones qui contrôlent notre organisme, notre cognition, nos émotions.

Sur le pourtour du corps du neurone, les bras des dendrites reçoivent des données qu’elles acheminent grâce à des petits influx électriques vers le corps de la cellule.

La cellule traite l’information et celle-ci repart vers une fibre longue et unique, l’axone.

L’axone fait voyager l’information vers d’autres neurones.

L’extrémité de l’axone est en capacité de créer une quantité incroyable de points de connexions avec d’autres neurones.

Ces connexions chimiques sont appelées synapses.

La membrane qui recouvre le neurone contient une protéine appelée APP.

A l’intérieur d’un neurone, il existe des micros tubules servant de routes aux substances lui étant nécessaire pour vivre.

 Lésions observées lors de la maladie d’Alzheimer

Elles sont de deux types

1er)Les plaques séniles ou amyloïdes

Il s’agit  de protéines qui s’amassent anormalement, les Bêta-amyloïde. Elles proviennent de cette grosse protéine citée ci-dessus l’APP. Les plaques séniles sont donc des dépôts de protéines qui s’agglomèrent entre les neurones coupant ainsi la connexion.

2ème) Les amas neuro-fibrillaires

Ils sont situés à l’intérieur des neurones. Ce sont des écheveaux de protéines Tau modifiés chimiquement qui entrainent un éclatement des tubules. Tau se fixe alors au cœur des neurones et les étouffe.

Les deux types de lésions se propagent de façons différentes dans le cerveau.

Les plaques séniles se propagent dans le cortex cérébral et atteignent l’hippocampe, puis envahissent  l’ensemble du cerveau de façon centripète.

 

 

Les dégénérescences neuro-fibrillaires se développent dans l’hippocampe et gagnent de façon centrifuge le reste  du cerveau.

On estime que 900000 personnes sont atteintes aujourd’hui de maladie d’Alzheimer en France.

 

 

Rédigé par

Publié dans #Soignants

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article